© Franck Vogel

> Portfolio > Le Mékong

Le MéKONG

REQUIEM pour un fleuve

Le Mékong est le deuxième fleuve le plus riche en biodiversité dans le monde et l’un des rares grands fleuves à avoir été épargné par le développement, mais depuis quelques années les grands projets se multiplient. Avec la construction des méga barrages Xayaburi et Don Sahong au Laos et le pompage constant de sable dans le lit du fleuve, le Viêt Nam risque de voir, impuissant, la mer submerger le Delta du Mékong, qui produit la moitié de sa nourriture, 90% du riz exporté et représente 20% du PIB.

Les gouvernements des pays riverains, la Chine en tête, se sont lancés dans la construction de 30 barrages (dont 7 ont déjà été construits) pour répondre aux besoins énergétiques toujours plus importants sans se soucier de l'alimentation des 60 millions habitants qui dépendent directement de la pêche. En effet, la population du bassin du Mékong consomme chaque année 60kg de poissons par personne, soit 18 fois plus qu’en France. Ces barrages affecteront fortement la qualité de l’eau et emprisonneront la moitié du limon nécessaire à l’agriculture et à la nourriture des poissons. Le Laos et le Cambodge ont aussi décidé de se lancer dans la course et les conséquences seront encore plus tragiques. En effet, ces nouveaux barrages bloqueront en grande partie la migration des poissons et affecteront les nurseries de poissons autour du lac Tonle Sap (Cambodge), touchées par la diminution des crues saisonnières. Quant au Viêt Nam, premier exportateur de riz au monde, il verra sa production fortement baisser.

Par ailleurs, d’après les chercheurs, le delta du Mékong au Viêt Nam devrait être le plus touché par le réchauffement climatique. La température moyenne a déjà augmenté de 0,5°C entre 1979 et 2009 et devrait encore gagner 1,1 à 3,6°C d’ici à 2100. Le rendement des rizières baisse quant à lui de 10% à chaque degré de plus sans compter l’augmentation du niveau de la mer (28 à 33 cm d’ici à 2050 et 65 à 100 cm d’ici à 2100). Ces chiffres sont très alarmant surtout si on les combine avec les prélèvements massifs de sable - destiné depuis 20 ans aux le développement immobilier des villes comme Hô-Chi-Minh-Ville, Bangkok ou Singapour - et le blocage des sédiments par les méga barrages, notamment celui de Xayaburi, co-financé par la Thaïlande qui va acheter 95% de l’électricité produite. Selon Marc Goichot, hydrologiste et expert du Mékong au WWF, « le delta du Mékong s’enfonce déjà depuis 20 ans et tout devrait s’accélérer en 2019 avec l’achèvement du barrage de Xayaburi. » Un drame en perspective.

» bouton
Carte du Mékong

Le Mékong (4350 km de long) prend sa source au Tibet en Chine avant de s'écouler vers le Myanmar, le Laos, le Cambodge, de former le delta du Mékong au Viêt Nam et de rejoindre la mer de Chine.

GEO - Le Nil

FLEUVES FRONTIERES
Editions de La Martinière
Disponible en librairie

BONUS
- Article GEO - Fév 2017
- Barrage Don Sahong / GEO - vidéo
- Interview sur France Info

Haut de page